La Supply Chain et sa révolution liée à l' »Additive Manufacturing »

0

Nous connaissons le modèle SCOR développé? en 1996 par le Supply Chain Council (SCC).

Il sert de base aux modélisations destinées à l’optimisation de la Supply Chain et s’articule autour des processus : « Plan, Source, Make, Deliver, Return & Enable »,

Mais voilà qu’une nouvelle technologie de conception et de fabrication, mise au point depuis le début des années ’90 est devenue aujourd’hui opérationnelle à l’échelle industrielle. Cette nouvelle technologie est baptisée « Additive Manufacturing » et elle nous annonce une profonde remise en question du modèle SCOR.

 

Qu’est-ce que l’Additive Manufacturing ?

La Société Allemande EOS (e-Manufacturing Solutions) en fournit la définition suivante sur son site internet: « Additive Manufacturing refers to a process by which digital 3D design data is used to build up a component in layers by depositing material. The term « 3D printing » is increasingly used as a synonym for Additive Manufacturing »

EOS propose une magnifique illustration de la nouvelle révolution apportée par les solutions du « e-Manufacturing » qui permet de fabriquer toutes sortes de pièces détachées :

Cette technologie d’impression 3D (trois dimensions), procédé qui semblait jusqu’à présent réservé aux FAB LAB et autres incubateurs, en faisant son apparition dans le monde industriel va affecter tous les processus décrits par le modèle SCOR et, bien sûr, plus particulièrement le « Source » et le « Make ».

 

Quelles en sont les conséquences ?

La production va pouvoir désormais suivre le rythme de ses clients devenus des « consommateurs GEEKs » avisés souhaitant effectuer leurs transactions à tout moment et en tout lieu depuis leurs smartphones. Là il s’agit (pour le moment) de produire en petite série des produits ou composants spécifiques en évitant les lourdes infrastructures industrielles que nous connaissons.

La Harvard Business Review évoque ce phénomène dans son édition d’avril 2015, qu’elle qualifie de véritable mutation industrielle et invite les entreprises à anticiper les changements radicaux qui affecteront l’ensemble de leur supply chain : « industrial enterprises must revisit their operations. As additive manufacturing creates myriad of new options for how, when, and where products and parts are fabricated, what network of supply chain assets and what mix of old and new processes will be optimal? »

 

LYN Consulting recommande également d’anticiper et de tirer parti de ces bouleversements et propose pour cela un cheminement en trois étapes.

Etape 1 : Centraliser les lieux de conception pour mieux rentabiliser la production en fonction de la proximité client

La nouvelle organisation à adopter devra reposer sur une philosophie du «manufacturing sans frontière ». C’est le même principe qu’un Centre de Services Partagés qui se focalise sur la conception sans tenir compte des contraintes géographiques de production. Il y aura très rapidement deux catégories de sites de production  :

  • La première dédiée aux grandes séries de fabrication où les changements d’Ordre de Fabrication ne seront pas la priorité ;
  • La seconde pour les petites séries où l’adaptation aux demandes volatiles des clients sera la priorité.

 

Etape 2 : Digitaliser la Supply Chain pour produire plus rapidement à la demande tout en personnalisant les produits.

L’objectif est d’apporter de la valeur ajoutée au produit en customisant les finitions (les objets publicitaires sont déjà là pour nous montrer la tendance). Le client pourra suivre les étapes de production éventuellement depuis l’application de son smatphone ou le site de e-commerce de l’entreprise. La commande client se transformera en une addition de caractéristiques, libérées de certaines contraintes telles que la gestion des lots, le volume minimum à produire ou encore la séquence de fabrication liée aux changements d’outils industriels. Autre bénéfice : cette tendance est conforme aux nouvelles exigences en matière de Développement Durable. L’entreprise sera ainsi liée plus fortement à son client-citoyen.

 

Etape 3 : Rassembler des équipes Marketing et Supply Chain sur le lieu de l’ « additive Manufacturing »

Finalement, il s’agit de concevoir des produits en fonction des derniers kilomètres. Se rapprocher du client devient une réalité technologique. L’usine de proximité est née. C’est sans doute une véritable opportunité pour créer des emplois en fonction des zones de consommation et un remède intéressant anti-délocalisation. Le Top Management doit consolider ces forces technologiques et humaines en direction du client pour que l’entreprise se présente sous forme d’une entité adaptable, rentable et respectant l’Environnement.

Il est évident que l’imprimante 3D ne résoudra pas tous les problèmes mais il est certain que cette révolution technologique va participer à rendre plus accessible l’univers industriel réservé jusque là à certains experts ! Il faudra évidemment former les équipes pour qu’elles s’adaptent à cette révolution de la Supply Chain par l’ « additive Manufacturing ».

 

L’ère du client de proximité est de retour !

 

 

Recevez nos derniers articles!
Les meilleures pratiques des entreprises dans votre boite mail tous les mois.
Nous détestons les spams! Votre adresse email ne sera jamais cédée ou revendue.

About Author

Dominique Assouline
Entreprise / organisation

Nom / Prénom

Email

Téléphone

Objet

Demande


Ingénieur en organisation, Dominique Assouline participe depuis les années 2000 à la conception et à la mise en œuvre de nombreuses « Supply Chain » pour des Sociétés du CAC 40 et des PME. Il a notamment dirigé des missions d’amélioration des performances multi-sectorielles au sein des Cabinets EY, PWC et IBM. C’est en 2009 qu’il fonde LYN Consulting, cabinet de conseil en amélioration de performances. Il est aussi Administrateur Qualifié Indépendant et accompagne ou siège à des Conseils d’Administration.

Leave A Reply