IT Transformation: vos équipes sont-elles surhumaines ?

2

Par les temps qui courent, les Directions Systèmes d’Information subissent une vague incessante de profonds changements : mise en œuvre des solutions Cloud, passage à des modes « as a Service », évolution vers Devops, changement de modèle de ressources ou relocalisation des équipes. Et ceci est sans compter avec l’inévitable besoin de soutenir l’entreprise à devenir « numérique » et connecter les plus improbables terminaux BYOD de ses utilisateurs aux applications maison en toute sécurité !

Ces projets ont généralement le soutien de la direction générale, une attention particulière de tous et l’échec n’est tout simplement pas une option. Le chef de projet et le responsable de la conduite du changement vont bombarder l’entreprise avec toutes sortes d’initiatives pour faciliter l’introduction de ces transformations, avec force communications, informations et formations des utilisateurs, le tout pour s’assurer d’une bonne appropriation du changement et une transition en douceur. Tout va donc pour le mieux.

 

Quand transformation rime avec hésitation

Il y a toutefois un petit bémol. Un projet sur trois va rencontrer de sérieuses difficultés une fois lancé, ceci avec des conséquences significatives en termes de délai, coûts ou qualité, et la plupart du temps des trois !

Il est courant de voir des projets recadrés ou leur périmètre redéfini après seulement 6 mois de fonctionnement, leur gouvernance ou les processus opérationnels revisités à plusieurs reprises, des entreprises entrant en renégociation avec leurs fournisseurs durant la première année du contrat, des positions clé de la DSI désertées par leur titulaires peu de temps après le changement et de nombreux autres aléas surgissant dans les mois qui suivent.

Au moment où l’entreprise devrait commencer à engranger les premiers bénéfices du changement, malgré tous les efforts et investissements consentis, qu’a-t-il bien pu se passer ?

 

La transformation est maintenant bien plus que technique

Une particularité de cette vague de changements comparée aux précédentes est que les évolutions vues récemment ne sont pas seulement techniques mais impactent la DSI dans son ensemble. Dans son organisation, ses fonctions, ses relations et ses missions, la DSI ne sera jamais plus la même.

Dans beaucoup de cas, les métiers de la DSI vont changer de façon drastique. Ce qui était autrefois un poste « isolé » ou « back-office » peut devenir d’un seul coup un poste où l’interface avec le monde extérieur – utilisateurs, directions métiers ou fournisseurs – va devenir non seulement la norme mais sa raison d’être.

Un manager d’équipe pour qui le paradigme était “faire avec ses propres ressources” va devenir subitement un gestionnaire de contrat de services avec la mission « faire faire et contrôler ». Ceci est aussi perturbant pour lui ou elle que ce que la conduite de changement essaye de faciliter du côté des directions métiers. Pourquoi est-ce alors totalement ignoré des facteurs clé de succès ?

 

La transformation de l’IT dépend aussi de ceux qui la piloteront

Ce qui est très étrange, c’est que les compétences pour tenir ces nouvelles fonctions sont bien souvent considérées comme acquises. Il est en effet très largement observé qu’en raison de contraintes de disponibilités ou de budget ou tout simplement parce que l’on estime qu’ils n’en ont pas besoin – « ils sont informaticiens, ils doivent savoir » – les équipes de la DSI sont exclues ou à peine concernées par toutes les initiatives et actions engagées pour soutenir le changement.

Bien sûr, la plupart des managers et informaticiens ont déjà été confrontés à certains ou à l’ensemble des composants du changement d’une façon ou d’une autre. Mais ceci d’une façon dispersée, moins intense, ou sur un périmètre plus restreint, loin de permettre une véritable qualification à gérer ce qui va arriver. Quand tout est mis en place, le paradigme a changé et peut laisser des pans entiers de la DSI en territoire inconnu. Pendant le temps qu’ils trouvent leurs marques, êtes-vous sûrs que votre transformation est effective? Que diriez-vous de préparer votre DSI pour qu’elle soit 100% opérationnelle dès le premier jour ?

 

La transformation de l’IT passe –aussi – par former et accompagner vos équipes

Imaginez que vous changiez de fonction. Non, pas seulement passer d’une entreprise à une autre dans un rôle tout à fait comparable mais complètement changer de métier. A part quelques exceptions, cela serait difficilement possible sans un minimum de formation et d’accompagnement. Et il est probable que vous ne soyez pas très efficace le premier jour…

Ceci est pourtant ce que l’on demande assez souvent aux équipes de la DSI, passer par exemple d’un jour à l’autre d’un rôle de gestion d’opérations à celui d’approvisionneur de services ou encore de manager technique à celui de communicant interne. Ironiquement, l’informaticien, qui n’est généralement pas reconnu pour son orientation et sa sensibilité « business », est soudainement crédité de toutes les qualités pour s’ajuster à ces nouvelles fonctions. On peut se demander quel miracle a eu lieu et prier pour que votre équipe ait des pouvoirs surnaturels pour s’adapter.

Pourtant, afin de maximiser les chances d’une mise en place sereine et efficace de votre transformation, il semblerait judicieux de donner à vos équipes les armes qui vont soutenir l’accélération et l’efficience que vous attendez pour votre entreprise. Donner un sens du changement, leur indiquer des points de repères, découvrir et décrypter les bonnes pratiques, rallier toutes les énergies sont autant de clés que vous vous devez de trouver pour réussir pleinement votre transformation.

Votre projet démarre, progresse, accélère, se déploie… Félicitations ! Mais, au fait, vos équipes IT sont-elles prêtes ?

Recevez nos derniers articles!
Les meilleures pratiques des entreprises dans votre boite mail tous les mois.
Nous détestons les spams! Votre adresse email ne sera jamais cédée ou revendue.

About Author

Jérome CAMILLERAPP

MBA en gestion internationale de l’Université de Dallas, après un début de carrière dans le commerce et le marketing notamment chez Renault, Jérôme Camillerapp va intégrer le groupe américain United Technologies où il va évoluer de postes financiers aux USA vers des postes IT couvrant l’Europe et l’Asie. En Europe, il sera notamment Directeur Organisation et Systèmes d’Information & CIO pour les divisions Carrier Transicold et Otis et y créera la structure de Services Partagés IT pour le groupe. En 2008, il rejoint Alstom comme CTO et y développe une organisation IT globale. Après un passage chez Fujitsu, il préside depuis 2015 une société de conseil et formations spécialisée dans la transformation de l’IT, Reyston Insights.

2 commentaires

  1. C’est un article intéréssant. Effectivement la transformation numérique entraine beaucoup de changements et de mutations qui impliquent de véritables challenges au sein de certains pôles… Une vaste problématique sur l’IT.

Leave A Reply