Financements publics de l’innovation, faites-en un atout stratégique

0

Quand on parle de financement public de l’innovation, il y a un premier réflexe de rejet de la part des Dirigeants de PME. Ils pensent lourdeur administrative, longueur et complexité des procédures, charge supplémentaire pour les équipes, reporting contraignant.

Néanmoins, ces PME évoluent aujourd’hui dans un environnement où les politiques publiques se focalisent de plus en plus sur la recherche et l’innovation, où les marchés doivent être considérés à l’international, où l’innovation ouverte se généralise.

Dans ce contexte, les PME Innovantes sont confrontées à 3 enjeux d’ordre stratégiques qui les conduisent à intégrer de plus en plus dans leur stratégie d’innovation les mécanismes de financement public pour assurer leur survie.

 

La nécessité de garder un avantage concurrentiel

Pour garder un avantage concurrentiel en termes de produit ou service dans un marché international, la politique de protection de la propriété intellectuelle ne suffit plus et peut s’avérer couteuse pour une PME. D’autres parts, une PME peut rapidement perdre ses marchés par l’irruption d’une nouvelle technologie, d’un nouveau procédé ou d’un nouveau savoir-faire. Une alternative consiste à conserver une avance technologique en investissant continuellement dans la recherche et développement.

En phase amont de la mise sur le marché, à moins de posséder les fonds propres nécessaires, il est très compliqué de compter sur des financements privés externes pour financer la recherche et développement. La phase de tâtonnement requiert de faire appel aux mécanismes de financements publics dédiés à cette zone d’incertitude durant laquelle la PME peut tester son business model et son potentiel de marché.

 

La tendance générale des politiques économiques

La généralisation de l’économie de la connaissance a conduit la plupart des pays industrialisés à développer des politiques d’incitation à l’innovation. Au niveau européen, dans la continuité de la stratégie de développement économique par l’innovation (Stratégie de Lisbonne), ont été créés l’EIT et ses Knowledge Innovation Communities (KIC), ainsi que des programmes dédiés à l’innovation (HORIZON 2020 pour la période 2014-2020). Les aides publiques à l’innovation se présentent généralement sous forme d’instruments de réduction de la fiscalité de la R&D ou par le biais de subventions ou d’avances remboursables.

La France a pris le pas de cette évolution par les instruments de Crédit d’Impôt ou les subventions et avances remboursables de la Banque Publique d’Investissement notamment. Les aides publiques à l’innovation font désormais partie intégrante de la politique économique des Etats. Il apparait donc que Les PME implantées en France doivent considérer ces instruments dans leur stratégie pour garantir des coûts de R&D compétitifs à l’international.

 

L’évolution de la recherche publique

Les subventions publiques permettent indirectement de soutenir les budgets de fonctionnement des institutions de recherche publiques. Les coopérations avec les entreprises sont de plus en plus encouragées. Les instruments de financement publics permettent de financer dans le cadre de projets collaboratifs des chercheurs et du matériel. Dans ce contexte, Les PME peuvent ainsi s’appuyer sur une expertise et du matériel de haut niveau hébergés par les organismes de recherche publics à des coûts réduits.

Cette démarche est d’autant plus compatible avec la stratégie de réseau vers laquelle les PME innovantes évoluent inexorablement dans une perspective d’Innovation Ouverte. En effet, les projets collaboratifs permettent aux salariés de l’entreprise d’acquérir de nouveaux savoirs et expertises qui contribuent à l’émergence de nouvelles idées.

Pour réussir une telle intégration des mécanismes de financement public dans la stratégie de R&D et en faire un atout stratégique plutôt qu’une contrainte administrative de plus, nous recommandons aux PME de faire évoluer leur organisation interne et externe selon les 3 leviers suivants :

 

Établir une relation de confiance avec les financeurs publics

Dans la perspective d’intégrer des financements publics dans le financement de leur R&D, les PME doivent évoluer vers une logique de partenariat avec les financeurs publics. Cette logique de partenariat conduit naturellement à une relation de confiance mutuelle qui permet de rassurer le financeur public dans sa prise de risque vis-à-vis de la PME financée et de rassurer la PME dans la prise en compte du soutien public dans sa stratégie de développement à moyen ou long terme.

 

Évoluer vers une logique de réseau

Pour cela les PME doivent évoluer vers une logique collaborative qui intègre des partenaires académiques dans la démarche de recherche, développement et d’innovation. En termes de stratégie, cela implique que les PME établissent des contacts pérennes avec des centres de recherche en rapport avec les technologies et savoir-faire développés, identifiés sur une base internationale.

Une synergie s’établit entre le centre de recherche qui dispose d’un potentiel d’expérimentation et de valorisation de sa recherche d’une part, et la PME qui dispose du matériel et de l’expertise scientifique du laboratoire. Cette démarche s’inscrit dans une stratégie d’Innovation Ouverte qui permet aux PME d’être à l’affut des opportunités scientifiques et technologiques.

 

Faire évoluer l’organisation de l’entreprise

Établir un système d’information de gestion et de pilotage de projet adapté aux instruments de financements publics. En effet les financements publics sont sujets à une comptabilité et un reporting financier spécifiques qui répondent à une démarche de gestion budgétaire classique d’un projet. Pour les PME qui ont déjà une organisation en mode projet, rien de nouveau.

Pour faciliter la procédure de reporting, il s’agit pour ces PME d’adapter leur système d’information de gestion de projet pour intégrer les spécificités des projets à financement public. Pour les PME qui n’ont pas encore évolué vers une organisation en mode projet, c’est l’occasion de le faire pour gagner en performance.

 

Conclusion

Les instruments de financements publics deviennent un enjeu stratégique de la politique de recherche et d’innovation des PME. Celles-ci peuvent en faire un atout stratégique en adoptant une logique de réseau avec les partenaires de recherche, les financeurs publics, les clients et les fournisseurs.

Pour réduire le risque de lourdeur administrative, il est recommandé de faire évoluer l’organisation et le système d’information vers une approche par projet et d’intégrer les procédures de reporting spécifiques aux instruments de financements publics.

Recevez nos derniers articles!
Les meilleures pratiques des entreprises dans votre boite mail tous les mois.
Nous détestons les spams! Votre adresse email ne sera jamais cédée ou revendue.

About Author

Didier Velayoudon
Entreprise / organisation

Nom / Prénom

Email

Téléphone

Objet

Demande


Ingénieur de l’ISAE Toulouse avec un M.Sc. en Mécanique des Fluides de Ecole Centrale de Nantes et un M.Sc. en Organisation de l’IAE Paris, Didier Velayoudon débute comme ingénieur de recherche, sportif de haut niveau dans la voile. Il fut ensuite responsable grands comptes de la United Kingdom Atomic Energy Authority. Après 8 ans passés en cabinet de conseil de direction sur des missions de lancement de nouveaux produits ou services, d’amélioration de la performance et de transformation des organisations, il fonde DVIP CONSULTING pour accompagner les entreprises qui placent l’innovation au cœur de leur stratégie.

Leave A Reply