Changement Climatique : la Nouvelle Frontière

0

En 2015 la France accueille et préside la vingt-et-unième Conférence des parties de la COP 21, 21ième Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Les enjeux sont planétaires puisque cette conférence doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

Quels en sont les enjeux pour l’entreprise ?

Le Changement Climatique est une réalité sans équivoque. Depuis les années 80 où le sujet était encore très controversé, les chercheurs du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ont démontré sans équivoque possible que l’activité humaine est seule à l’origine des nombreux bouleversements observés sur le climat de la planète depuis le début de l’ère industrielle.

A l’origine du réchauffement, l’effet de serre provoqué par le rejet massif de Gaz à Effet de Serre (GES), notamment le CO2, le Méthane ou encore le Protoxyde d’Azote, gaz dont la concentration a atteint durant les dix dernières années des niveaux records et sans précédent depuis au moins 800 000 ans ! Les GES ont pour principale origine la combustion des énergies fossiles liée à la production d’énergie, au transport ou au chauffage des bâtiments.

Les principaux effets observés en sont : une élévation de la température moyenne en surface d’environ 1°C, une montée du niveau des mers de 20 cm accompagnée d’une acidification des océans, une fonte des glaciers et des calottes polaires….Et le plus dur reste à venir ! Les modèles du GIEC prévoient à l’horizon 2070-2100, selon les scénarios d’émission de GES, une élévation de 2°C à 5°C des températures moyennes et une montée du niveau des mers de 1 mètre. Pour fixer les idées, 5°C d’élévation moyenne c’est autant que le passage de l’ère glaciaire à l’ère actuelle ! C’est en moins d’un siècle une transformation du climat que notre chère planète avait mis plus de 200 000 ans à accomplir !

L’objectif de la COP21 de maintenir l’élévation en température en deçà de 2°C à l’horizon 2100 est une véritable gageure puisqu’il faudra réduire d’un facteur 4 à 6 nos émissions de GES pour espérer y parvenir.

Le caractère lointain de l’horizon de prévision laisserait à penser que le sujet sort de l’horizon de planification stratégique de la moyenne des entreprises, c’est-à-dire 3 à 5 ans. D’autres voient le Changement Climatique uniquement comme de nouvelles opportunités de développement de leurs activités et de nouveaux business. Certes il y a du vrai, mais c’est une vision étonnamment réductrice.

Il ne faut pas s’y tromper. Difficultés croissantes dans l’accès aux ressources, transition énergétique, coût des matières premières, contraintes sans précédent sur les émissions de carbone : l’ampleur du problème est colossale. Les entreprises sont placées au premier rang et c’est donc ici et maintenant qu’elles entrent en scène.

Pour les entreprises, mettre en place une Stratégie Climat est une démarche incontournable.

Cette nouvelle donne impose dès à présent une démarche structurée qui doit conduire le management à une revue détaillé des thématiques suivantes :

  • L’entreprise responsable : RSE et Changement Climatique ;
  • L’adaptation au dérèglement du Climat ;
  • La gestion des risques climatiques;
  • L’innovation au service de l’atténuation du Changement Climatique.

 

L’entreprise responsable: RSE et Changement Climatique

C’est dès maintenant qu’il faut agir et il ne fait aucun doute que la COP21 débouchera sur un ensemble de mesures engageant les états – donc les acteurs de l’économie – à l’amélioration de leur bilans carbone. On devrait donc assister à un durcissement des normes en matière de RSE et les entreprises vont être incitées à l’exemplarité dans ce domaine.

Elles vont notamment devoir rapidement faire évoluer l’ensemble de leur supply chain pour atteindre les critères de conformité.

Comme le rappelle l’EPE, l’Association Française des Entreprises pour l’Environnement, Le transport pèse lourd dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre, avec 14 % des émissions mondiales annuelles. Plus généralement, la réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise devrait ainsi devenir le nouvel enjeu de l’optimisation des performances de la supply chain avec à la clef des incentives et moyens de coercition règlementés.

Ceci devrait conduire à puiser dans les dernières percées technologiques des solutions au service de stratégies de mobilité à faible voire « zéro émission » pour les personnels comme pour les marchandises, d’optimisation de la qualité afin d’atteindre une réduction drastique des taux de retours, de réduction et de recyclage des déchets produits ou encore permettant de produire sur le dernier kilomètre (par exemple l’additive manufacturing).

 

L’adaptation au dérèglement du Climat

L’adaptation au Changement Climatique est une nécessité pour les territoires comme pour leurs acteurs économiques et donc pour les entreprises.

Il s’agit d’intégrer les impacts locaux de l’évolution du Climat dans l’organisation du cycle de production. Cela passe par la mise en place d’une stratégie d’adaptation structurée. Comme l’explique l’EPE, « cette stratégie consiste d’abord à s’interroger sur les raisons de s’engager et à réaliser une évaluation de sa vulnérabilité à des événements climatiques variés et inconnus».

Elle conduira l’entreprise à prendre en compte les changements lors des décisions majeures d’investissement ou de maintenance. Ces prises de décision peuvent être cruciales pour l’avenir de l’entreprise et feront émerger de nouvelles pratiques quant au dimensionnement des infrastructures, à l’analyse des risques, ou à l’anticipation des tendances du Marché.

L’entreprise face à la gestion des risques climatiques;

Les entreprises ne pourront plus éluder la question du risque financier associé au Changement Climatique. Pluies torrentielles, inondations, canicules, l’évolution du Climat sous nos latitudes est caractérisée par une augmentation en fréquence et en intensité des phénomènes extrêmes. Les assureurs et réassureurs ont déjà publié de nombreuses études sur les coûts induits. Un avertissement que souligne justement le site internet Novethic, site spécialiste de l’économie responsable, « au niveau mondial, l’assureur Axa évoque ainsi d’une fréquence des évènements naturels majeurs multipliée par 5 sur les 50 dernières années, avec un coût pour la société civile multiplié par 10 ! […] rien que pour l’Hexagone, les indemnisations liées aux phénomènes climatiques se sont élevées à 30 milliards d’euros ces 20 dernières années. Et pour les 20 prochaines, il faut s’attendre à un doublement ».

Il est donc plus que temps pour les entreprises d’évaluer leur exposition aux risques climatiques, en distinguant les risques portant sur leurs implantations et ceux portant sur l’activité, ce dernier concernant surtout les profils d’activités dits « Météo-sensibles ». Les offres des assureurs et réassureurs se développent depuis quelques années dans ce domaine et des solutions de couverture sont d’ores et déjà disponibles.

L’innovation au service de l’atténuation du Changement Climatique

Il ne fait aucun doute que les entreprises engagées vont faire preuve de créativité et que le progrès technologique mettra à disposition du management pléthore d’innovations permettant aux entreprises de réduire leur empreinte carbone.

Mais l’atténuation du Changement Climatique appelle bien plus : c’est un véritable changement de logique économique que les entreprises vont devoir mener, en faisant porter l’innovation sur leur Business Model lui-même.

La source d’inspiration dans ce domaine est la nouvelle école de l’Economie Circulaire. Il s’agit de faire évoluer nos modes actuels de production-consommation, d’un système linéaire (extraction, transformation/production, consommation, déchets) vers un système inspiré des écosystèmes naturels, permettant de limiter les impacts sur l’environnement et notamment sur les ressources à chaque étape de la vie des produits et services.

 

Voilà qui va donner à notre économie de nouveaux grands défis à relever. Et il y a fort à parier qu’à l’instar de la conquête spatiale des années 60, l’atténuation du Changement Climatique deviendra pour les prochaines décennies et pour l’ensemble des pays développés ….la Nouvelle Frontière !

Recevez nos derniers articles!
Les meilleures pratiques des entreprises dans votre boite mail tous les mois.
Nous détestons les spams! Votre adresse email ne sera jamais cédée ou revendue.

About Author

Michel Assouline
Entreprise / organisation

Nom / Prénom

Email

Téléphone

Objet

Demande


Ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris, après un début de carrière dans le conseil en stratégie chez Mars&Co, Michel Assouline intègre Thomson SA où il prend la direction du développement puis la direction générale d’une filiale. Il rejoint ensuite le secteur audiovisuel et dirige pour le groupe AB une chaine de TV thématique allemande. En 2004 il prend la direction commerciale et de la communication de Météo-France où il crée de nouveaux outils et services numériques et préside la régie publicitaire. En 2014 il rejoint LYN CONSULTING en qualité d’Associé.

Leave A Reply